École et conso : pas un bon mix

À la veille de la légalisation du cannabis, nous voulions vous apporter un peu plus d’information sur cette drogue dite  »douce » et sur les effets que la consommation peut avoir à l’école et sur la motivation.

Parlons d’abord des effets à court terme. La marijuana peut engendrer la fatigue, la confusion, une lenteur dans le temps d’action, une difficulté de concentration, une baisse de motivation, des troubles de la mémoire et peut générer un sentiment d’angoisse ou de panique. Il est aussi possible que la prise de cette substance cause la paranoïa, des hallucinations et des délires.

Ensuite, voyons les effets à long terme. Chez une personne qui aura commencé à consommer de façon régulière en bas âge, on observera des dommages encore plus sévères. Il est important de considérer que le cerveau n’est pas totalement développé avant l’âge de 25 ans. L’adolescence et le début de l’âge adulte sont donc des périodes cruciales dans le développement neurologique. En plus de créer une dépendance, la consommation à long terme influe sur la mémoire, la concentration, l’intelligence et la capacité de réfléchir ou de prendre des décisions. Même après un arrêt total de la consommation, il est possible que certaines séquelles demeurent.

Tous ces éléments confondus, vérifions comment ces effets peuvent interagir avec l’école. Au niveau de l’apprentissage, il est beaucoup plus difficile pour l’élève d’être attentif en classe s’il consomme étant donné sa capacité de concentration réduite. De plus, s’il ressent de la fatigue, il ne sera pas attentif à ce que l’enseignant dit et il est fort probable qu’il somnole en classe. Au niveau de la mémoire, l’élève ne sera pas en mesure de retenir le contenu du cours. Son cerveau étant au ralenti, il aura plus de difficulté à assimiler et comprendre la matière expliquée. Le jeune est beaucoup moins motivé à se présenter en classe, il y a donc beaucoup d’absentéisme.

Outre ces facteurs, le cannabis peut avoir un impact sur la santé mentale. Effectivement, chez les familles où il y a présence de troubles psychotiques tel que la schizophrénie, le risque de développer une maladie mentale est encore plus élevé. Les troubles anxieux, la dépression et le suicide sont aussi reliés à une consommation régulière de marijuana.

À la lumière de cet article, on peut affirmer que la consommation a un impact négatif sur bien des sphères, mais entre autre sur la réussite et la persévérance scolaire. Il est important de bien sensibiliser les gens aux dommages que cette substance peut causer. Sa légalisation n’enlève rien aux conséquences qu’elle peut provoquer. 

Source: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/toxicomanie/drogues-illicites-et-reglementees/risques-sante-lies-consommation-marijuana.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *